QD & ME – ÉMILIE MOULINIÉ

Quantic Dream : Peux-tu te présenter ? Quel est ton nom, d’où viens-tu et quel est ton rôle chez Quantic Dream ? 

Émilie : Hello ! Je m’appelle Emilie Moulinié, j’ai 29 ans et ça va faire 5 ans en mars que j’ai rejoint Quantic Dream. J’ai d’abord intégré l’équipe Lighting, qui gère les éclairages dans nos jeux, pour Detroit: Become Human, pendant 2 ans. Initialement j’ai une formation d’artiste environnement (avec une grande sensibilité pour les ambiances et les lumières), donc pour apprendre de nouvelles choses et découvrir de nouveaux challenges, j’ai demandé à passer dans l’équipe Set, qui pour sa part s’occupe des décors !

QD : Comment t’es-tu retrouvé à travailler dans l’industrie du jeu vidéo ? Était-ce un rêve de longue date, ou l’as-tu intégré un peu par hasard ? 

Émilie : Alors c’est un peu un rêve d’enfant, mais plus jeune, ce milieu me semblait inaccessible. Pendant un temps j’ai voulu devenir graphiste, donc j’avais rejoint l’école de communication et graphisme E-art Sup, à Paris. Là-bas, j’ai pu y découvrir la toute nouvelle filière Game Design, donc comme j’ai toujours aimé le jeu vidéo, je m’étais dit que ça pouvait être intéressant ! C’est aussi à cette période de ma vie que j’ai joué à Heavy Rain et ça a été une énorme claque. C’est en jouant à ce jeu que je me suis dit que je voulais vraiment travailler dans ce secteur et participer à la transmission d’émotions fortes via la création d’environnements détaillés, cinématographiques et aux ambiances toujours plus poussées. Mais j’ai réalisé que si je voulais vraiment travailler dans le jeu vidéo, il fallait que j’aille dans une école un peu plus spécialisée, donc après deux ans à E-art Sup, je suis allée à Supinfogame, à Valenciennes, pendant 3 ans. À la sortie de l’école, j’ai fait mon stage de fin d’études de 6 mois chez Cyanide, puis quand j’ai vu l’offre de Lighting Artist à Quantic Dream, j’étais super motivée et j’ai tenté ! J’avoue leur avoir envoyé beaucoup de CV, ahah ! Mais j’ai toujours beaucoup aimé leur travail, donc je me suis lancée et j’ai décroché mon premier job en tant que Lighting Artist sur Detroit: Become Human !

QD: Parle-nous plus précisément de ton travail ici ; quel est ton rôle et celui de ton équipe ? 

Émilie : En gros, l’équipe Set s’occupe de réaliser les décors, les textures, la mise en place, parfois même des bases d’ambiances lumineuses. Notre travail est de pousser au maximum la qualité d’un décor pour retranscrire au mieux l’ambiance et les détails présents dans les concepts art, ou dans la direction artistique en général. Et évidemment, faire que cela soit surtout optimisé pour le jeu.

QD: Dis-nous en plus sur les membres de ton équipe. Tu as quelques anecdotes en mémoire ? 

Émilie : Mmm, j’avoue qu’au début ce n’était pas forcément facile ; je suis la seule femme de mon équipe et la plus jeune aussi. Mais j’ai très vite vu que j’étais entourée de collègues super avenants, très à l’écoute et toujours là pour m’aider en cas de besoin – et au-delà de juste mon équipe. Cela peut être un peu intimidant d’être entouré d’artistes avec beaucoup plus d’années d’expériences que soi, et on peut vite se sentir « toute petite », mais ils ne m’ont jamais considéré comme tel. Nos expériences très différentes ne nous empêchent pas de discuter, d’échanger et de considérer mon travail au même niveau que le leur, et ça, c’est vraiment chouette.
Sinon, niveau anecdotes, ça prendrait des pages, ahah ! Je dirais juste qu’en cette période de pandémie et de télétravail, nos sessions de jeu de rôle du midi avec certains collègues me manquent beaucoup !

QD: Peux-tu nous décrire ta journée type ? Est-ce que ça existe pour toi ? 

Émilie : Comme beaucoup, je pense que je n’ai pas vraiment de journée type. Cela va dépendre de l’avancée du projet, des différentes périodes du studio… Parfois je vais avoir un ou des objets à réaliser, modélisation, sculpting, texturing et intégration dans le moteur. D’autres fois, je vais réaliser des textures, retoucher des shaders, réagencer une scène, travailler la lumière sur une autre… Ou bien simplement me former sur de nouveaux outils, car tout évolue très vite dans cette industrie, donc il faut se tenir au courant des nouvelles technologies à notre disposition.

QD: Certaines de tes inspirations extérieures se reflètent-elles dans ton travail ? 

Émilie : C’est difficile à dire. En tant qu’artiste, notre travail est surtout de retranscrire la vision artistique du projet et donc s’approprier la direction artistique lorsque l’on travaille sur des scènes. Après, si elles devaient se refléter, je dirais qu’étant une grande fan de cinéma, je suis très réceptive aux univers et ambiances des films de Lars Von Trier, David Lynch, Denis Villeneuve, Bong Joon-Ho ou Satoshi Kon, entre autres. Sinon pour la photo, j’ai toujours adoré le travail de Willy Ronnis, Lasse Hoile et Saul Leiter. Je ne sais pas cela dit si toutes ces références se voient dans mon travail, ça dépend énormément du projet en cours. Mais ce sont toujours des choses que j’ai inconsciemment dans le coin de la tête quand je travaille sur une scène, ou bien quand on fait des propositions entre nous pour améliorer un décor.

QD: Voici une grande question… Quels sont tes jeux préférés ? 

Émilie : Question difficile comme pour tout le monde je pense ! Je suis une enfant qui a grandi avec Nintendo. Donc Mario et The Legend of Zelda (dont Majora’s Mask doit être mon préféré) sont deux licences qui m’accompagnent depuis toujours. Sinon évidemment j’aime énormément les jeux portés sur la narration, où les univers sont assez poussés et détaillés. Je suis une graaaaande fan d’Hideo Kojima, donc de toute la saga Metal Gear Solid, mais aussi plus récemment Death Stranding, qui est devenu mon gros coup de cœur de ces dernières années. J’aime aussi les expériences assez « courtes », (oui bon, Metal Gear Solid fait exception là, ahah !), avec des jeux à ambiances comme Inside, Journey, plus récemment The Pathless, qui me parlent énormément. J’aime les systèmes simples et les expériences portées sur l’univers, le ressenti et le visuel, finalement. D’autre part, même si d’habitude, je ne suis pas une grande consommatrice d’open world (je trouve ça beaucoup trop long, souvent rébarbatif, bref, ça me fatigue rapidement, ahah !), je suis malgré tout tombée amoureuse de Ghost of Tsushima !

QD : Dis-nous en plus sur tes centres d’intérêt en dehors du travail. 

Émilie : J’adore la photographie ! J’en fais depuis toujours, c’est une passion transmise par mon père ; j’aime énormément travailler l’ambiance et la lumière dans mes photos. Avant, je ne faisais presque que des portraits, maintenant j’aime aussi trouver des compositions ou des ambiances qui me parlent dans les paysages ou les villes. Si ça vous dit, vous pouvez me suivre sur Instagram !
https://www.instagram.com/emylili/

Sinon, je chante dans une chorale incroyable : La Chorale Sauvage et Clandestine de Paris ! On n’est pas trop sur le répertoire chœur sage dans une église, on est plutôt bonne humeur, mise en scène, dynamisme et sourires à tout va ! Suivez-nous sur nos réseaux sociaux et vous pourrez découvrir tout notre univers super diversifié, qui comprend entre autres : Tryo, Barbara, Christine and the Queens, Coldplay, Queen, et plein d’autres… Bref, beaucoup de surprises, donc on a hâte de refaire des concerts et on vous attend ! 😊
https://www.facebook.com/CSCParis

#instantPromo

Vous avez donc deviné que la musique, c’est aussi une grande partie de ma vie. Dans mon paysage musical, qui comprend mes artistes préférés comme Steven Wilson, Björk et Peter Gabriel… Il y a aussi Muse, qui est mon groupe préféré de la vie, ahah ! Et donc je fais partie des administrateurs du fan club officiel français : Muse France ! Vous pouvez nous suivre aussi, on fait des trucs chouette… Oui, le message en ballons lumineux dans les gradins au Stade de France en Juillet 2019, c’était nous !

QD: À quoi ressemble ton vendredi soir idéal ? 

Émilie : Ça va dépendre de mon humeur… Comme j’adore la cuisine et le cinéma, un bon restaurant coréen, japonais ou thaï, suivi d’une séance au cinéma, fera mon bonheur ! Mais en période de pandémie, un jjigae au kimchi maison, avec un bon film ou Netflix, sera très bien aussi. Et sinon, eh bien… Oui j’avoue, aller headbanger et s’éclater dans un mosh pit d’un concert me manque ! Ça peut faire un très bon vendredi soir !

QD: As-tu un message pour nos lecteurs ? 

Émilie : J’adresse ce message aux femmes qui veulent travailler dans le jeu vidéo : venez ! Cela peut sembler être un secteur difficile, car la parité est loin d’être une réalité pour le moment, mais il ne faut surtout pas hésiter. Si c’est votre rêve, foncez ! Vous avez toutes votre place dans ce secteur et vous êtes légitimes de postuler dans n’importe quel studio, vous avez votre pierre à apporter au monde du jeu vidéo. L’industrie a besoin de plus de diversité et elle est accessible à tou.te.s !

QD : Dernière question ! Gâteau au chocolat ou tarte aux fruits ? 

Émilie : Je suis plutôt un bec salé. Et je suis très difficile en dessert ! Je n’aime pas quand c’est trop sucré. Donc déjà, chocolat noir obligatoire ! Et après, la tarte aux fruits, même si j’adore les fruits, je trouve les gâteaux toujours trop sucrés… Donc à la limite, une tarte au citron et rangez ce sucre !! L’acidité c’est trop bien ! 😜